Autisme : réflexions

Pourquoi certains enfants autistes bougent leur corps rapidement et pourtant supportent mal les mouvements rapides autour d’eux ?

Les mouvements des enfants autistes sont souvent en dehors d’une norme perceptive à laquelle nous sommes habitués. Notre système perceptif est réglé pour capter des mouvements autour d’une norme. Les mouvements autistes que nous percevons, ne sont pas coordonnés avec fluidité.  Au fur et à mesure où l’enfant autiste se construit, sa voix comme son corps se moulent dans les mouvements normaux. En même temps, le regard est de mieux en mieux  adapté pour les mouvements rapides. L’enfant autiste peut mieux rencontrer les autres parce qu’il bouge à une vitesse plus adaptée, et il perçoit mieux son environnement parce que son système perceptif  se construit pour percevoir les vitesses normales et entre autres élevées.

exemple : La situation la pire pour l’enfant autiste est la perception de la récréation qui rassemble une multitude de mouvements très rapides. L’enfant peut être à l’aise dans d’autres lieux où de nombreuses personnes sont rassemblées si elles ne courent pas.

Un enfant sorti de l’autisme mais dont le corps n’est pas entièrement modelé dans des vitesses normales, ne peut  pas durablement s’adapter au mouvement de son environnement. La rencontre avec l’autre est une conjugaison de mouvements, un jeu de vitesses et de lenteur au niveau microscopique comme macroscopique.

Apprentissage, logiciel, robot

Pour transmettre de la connaissance à un enfant autiste, on peut faire appel à des logiciels ou des robots qui exploiteront une vitesse plus lente mais rien ne remplace une relation avec un humain qui par l’accordage proximal, inscrit la connaissance sous une forme bénéfique à plusieurs niveaux et surtout dans un système unifié. L’intégration de connaissances agit aussi au niveau de l’organisation psychique si la transmission est faite par un être humain.  Avec les machines, l’enfant captent plus facilement mais  c’est une situation d’enfermement. Seule la rencontre humaine  permet de maintenir l’enfant autiste dans une ouverture et de le soigner.

Bâillement

Dans la relation thérapeutique, le bâillement est assez fréquent. Le bâillement n’est pas une réaction volontaire. Il est une réponse salutaire du corps. Chez l’enfant autiste, l’arrivée du bâillement est certainement un signe de bonne évolution. Il peut dans un premier temps imiter le thérapeute.  L’étape suivante chez l’enfant est de bailler alors qu’il est installé de manière autonome en lui, il baille pour réajuster et se réapproprier son corps.

About these ads

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s