La perception chez l’enfant autiste

Pendant la grossesse, l’embryon puis le fœtus évoluent sous l’effet de l’expressivité des gènes qui dépendent du milieu physiologique. Celui-ci  est le lieu de propagation des signaux acoustiques (la langue et les bruits du corps) et des signaux électromagnétiques. Les tissus. Les tissus des modes perceptifs (peau, oreille, nez, bouche, yeux) sont modelés dès le début de l’embryogenèse pour percevoir ensemble et de manière cohérente, les signaux électromagnétqiues et acoustiques jouent un rôle prépondérant. A la naissance le bébé perçoit de manière intelligente ses parents et les personnes qui l’entourent.

L’enfant autiste a une défaillance de l’expressivité génétique qui entrave la concordance du système perceptif.

Lorsque nous communiquons, notre système perceptif s’exerce à deux niveaux, un niveau proximal et un niveau distal. Le système perceptif proximal gère nos perceptions dans notre environnement proche quand la perception distale assure la compréhension d’un espace plus lointain. Le système perceptif proximal crée une sensation d’être proche par le contact du regard alors que nous communiquons à une certaine distance. De même la voix reçue sur l’ensemble du corps  participe à la sensation de rencontre. Le système perceptif proximal sollicite la sensualité et l’émotion. Par contre la perception distale fonctionne de manière consciente très liée à la pensée.

L’enfant autiste n’a pas pu mettre en place le système perceptif proximal, l’absence de contact de regard en est le signe. Il n’est pas capable de se sentir proche et de vivre une relation qui fait appel à un traitement de la perception à proximité. D’autant moins, que par l’absence du système perceptif proximal, il a une sensation de mouvements perpétuels en lui. Il ne peut jamais se poser. Il est impossible de rencontrer quelqu’un qui  est toujours en mouvement. Cette situation explique pourquoi il a besoin de créer du mouvement autour de lui pour se calmer. Ces mouvements incessants qui l’enrobent, sont dû au fait qu’habituellement  la construction du système perceptif proximal provoque une unité du corps par l’alliance -ou comodalité – des cinq sens. Dès le début de l’embryogenèse, il y a un mouvement d’unification des tissus au niveau de la cellule par les signaux acoustiques et électromagnétiques, cette action garantit ensuite l’unification du corps.

Un système perceptif normal nous rend unifié, posé et rend la réalité perçue compréhensible. L’information perçue est intégrée dans un système unique, elle est déjà traitée selon les fréquences de la langue.

Exemple : un enfant sorti de l’autisme me disait qu’il ne parvenait pas à faire la différence entre les boutons de son pyjama et les pommes de terre dans son assiette. Il ne les percevait qu’avec la vue en  distal, les autres sens qui habituellement s’exercent en même temps, comme le toucher,  ne venaient pas apporter un complément d’information.

Pour l’enfant autiste, les modes  perceptifs s’exercent soit seuls soit à plusieurs mais pas aux  fréquences qui peuvent être traitées par l’intelligence.

Exemple : le bruit d’un avion volant au loin qui persécute l’enfant autiste, n’est même pas retenu par notre système perceptif proximal. Par contre si nous avons une attention particulière notre perception distale s’exerce et en comparaison de notre système proximal, situe ce bruit au loin. L’enfant autiste, lui, est  pénétré par ce son et l’absence de sens le persécute.

L’enfant autiste sans le système perceptif proximal est persécuté pour se protéger il utilise comme mécanismes de défense, l’agrippement et la stéréotypie. Dans l’agrippement, l’enfant capte un état statique dans l’instant. Dans la stéréotypie, le mouvement de l’événement perçu est contrôlé mais il n’est pas intégrable par le corps.

La sortie de l’enfermement de l’enfant autiste passe par transformation de son système perceptif.

Comment stimuler le toucher, l’odorat, le goût chez l’enfant autiste ?

Pour aider l’enfant autiste, il ne faut pas hésiter à faire des expériences pour stimuler les modes perceptifs et plus particulièrement le goût, l’odorat et le toucher qui sont défaillants chez l’enfant autiste.

Il faut que l’enfant soit proche de l’adulte soit à côté soit en face. En face est préférable – ou à 90° – si l’enfant est capable d’un début de contact de regard.

L’adulte doit être détendu, les pieds bien ancrés dans le sol, un bon alignement du corps. La situation doit être confortable. La construction de ces sens passe par une vibration globale du corps qui est défaillante chez l’enfant autiste. Dans un premier temps, l’enfant capte celle de l’adulte.

A chacun ensuite d’inventer des expériences qui stimulent les cinq sens, elles doivent être simples. Il est inutile de varier beaucoup les expériences puisque l’important est la qualité de la relation avec l’adulte. Une variation très riche existe chez l’adulte et c’est celle-ci qui structure l’enfant. Il est important que l’adulte vive agréablement les expériences et fasse partager ses émotions et ses sensations.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s