Musique contemporaine, poésie et cinéma

 

 

 

pour approcher le monde archaïque.

 

 

 

Musique

Jankélévitch, Vladimir,(1983) , La musique et l’ineffable, Seuil, Paris.

La musique contemporaine a pris naissance au tournant du XX° siècle quand la psychanalyse posait ses fondements. Intégrant l’héritage des siècles passés, cette musique renouvelle l’émotion musicale et l’évocation de l’indicible grâce au travail de reconstruction à partir de l’éclatement de la mélodie, la place accordée au timbre, la non-périodicité du rythme et de nouvelles relations harmoniques. Ceci ouvre des possibilités de rencontre avec l’enfant envahi d’un chaos qui empêche l’émergence de la parole. Tout en proposant une dynamique structurante à l’enfant, il faut le rejoindre dans sa déstructuration, c’est pour cela qu’il faut utiliser la musique contemporaine qui fait vivre ces antagonismes.

Dans la pensée, il y a un raisonnement qui progresse en déroulant toutes les implications de sens. De même en musique classique, il y a un itinéraire le long duquel se développent les thèmes. Il n’y a pas de signification intentionnelle dans la musique et ceci est d’autant plus vérifié dans la musique contemporaine.

En quoi la musique contemporaine est-elle par ses caractéristiques un vrai outil de recherche ? En voici déjà quelques réponses qui la rapprochent étrangement du domaine d’avant le langage que nous tentons de cerner.

La musique contemporaine n’est pas une expression vers autrui, elle fait revivre chez chacun une dimension narcissique enfouie. Elle ne cherche pas à créer une communication avec autrui, elle renvoie à une désorganisation. Il n’y a pas de repère attractif, pas de polarité reconnaissable, pas de centre de référence, mais des lignes anguleuses et discontinues organisés par des petites formes ou une forme globale. Par exemple, on peut trouver dans l’expression musicale une violence qui fabrique du difforme (terreur, angoisse), mais aussi une violence qui fabrique de l’informe (pulsion de mort du côté du vide qui empêche l’organisation). La violence peut aussi se sentir dans une danse d’allure mécanique et stationnaire avec une monotonie obsédante de rythmes (on serait alors du côté de la mère opératoire).

Cette musique se sert de nous encore plus que la musique classique car elle déclenche l’impensable.

Cette musique comme l’inconscient ignore la contradiction. Elle suggère d’innombrables interprétations intérieures souvent inexprimables.

Si en écoutant cette musique, il se réveille en nous quelque chose d’avant le langage, il est intéressant d’étudier le temps en musique contemporaine pour peut-être se construire des repères temporels dans cette période de l’indicible.

Poésie et Musique

Voici la proposition d’un film (qui n’a pas été réalisé ) où des images seraient montées à partir de la musique Dérive2 et Dérive1 de Pierre Boulez et des poèmes d’Yves Bonnefoy. ce film voudrait faire vivre une expérience singulière qui ouvrirait peut-être sur l’archaïque.Dévoilement de l’étrangeté.

Mais l’essentiel du travail de PILE est fait à partir de films de bébés en interaction avec leurs parents.

Voici pêle-mêle des idées pour filmer et exploiter les films.

Repères cinématographiques

Bergala, Alain, (2002), « L’hypothèse cinéma, petit traité de transmission du cinéma à l’école et ailleurs », Paris, Cahiers du cinéma.

L’art du XX° siècle nous aide à aller vers plus de simplicité et de naturel, il valorise les matériaux bruts, l’impulsion inconsciente et il porte un intérêt accru pour les processus complexes.

Le cinéma ne cherche pas à dire quelque chose mais à faire vivre, il donne accès à des expériences qui ne sont pas les nôtres. Le cinéma plonge le spectateur dans des expériences jamais vécues, il donne donc accès à l’altérité et à l’étrangeté. Ce trait de caractère favorise la découverte du monde archaïque.

La transmission à ce niveau est souvent la confirmation d’une évidence qui ne pouvait se dire. Il n’est pas question que le film transmette un savoir, une analyse que le spectateur ignorait auparavant. Ainsi, il n’y a pas une seule façon de dire ou de transmettre quelque chose. Avec un film, on ne cherche pas la traduction d’une pensée avec des mots et des images mais le fait même de construire le film est un acte d’organisation de la transmission. Lors de la rédaction d’un article, on parvient à imaginer comment la lecture est menée et qui le lit, cela influence le travail, par contre il est beaucoup plus difficile de se faire une idée de la réception d’un film.

L’émotion et la pensée naissent d’une forme d’un rythme qui ne pouvaient exister que par le cinéma. Le matériau d’un film comme les textures, les matières, les lumières, les rythmes et les harmonies offrent une plasticité qui favorise la manifestation archaïque. Le cinéma permet qu’un signifiant inconscient circule, il rend immédiatement sensible, visible, audible : possibilité de faire vivre les formes archaïques.

Ce qui favorise un travail au niveau de l’indicible :

  • une grande présence des choses et des gens.
  • un espace incontrôlable entre intention et réalisation.
  • l’imprévisible
  • recueillir une énigme avec étonnement

Auguste Renoir : « il faut peindre le bouquet du côté où on ne l’a pas préparé », exploiter le négatif au cinéma, ce qui n’était pas prévu soit au moment de filmer soit à la visualisation du film. Laisser du vide et du négatif.

Le DVD induit de nouveaux rapports au film, la vitesse et la facilité de l’accès instantané aux plages, imposent de construire un film comme un ensemble de fragments. L’intervention humaine reste primordiale dans la sélection des séquences. En réalité, la sélection ne se fait jamais par un clinicien seul mais au moins deux pour limiter l’effet de contre-transfert important dans ce domaine infraverbal.

Le cinéma permet de travailler en groupe, suscite la curiosité, l’envie, délie les langues.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s