Archives de Tag: clinique

Infraverbal et verbal pour communiquer avec l’enfant autiste

La première chose qui frappe chez l’enfant autiste est l’impossibilité d’entrer naturellement en communication avec lui. Très vite aussi, il apparait qu’il souffre d’un trouble grave de la personnalité. Pour mieux comprendre ce qui réellement soigne ces enfants, la communication doit être privilégiée comme axe de réflexion.

La communication se décompose à deux niveaux, celui du verbal et celui de l’infra verbal. Le verbal est l’information perçue de manière consciente dans l’échange. Maîtrisable, il permet de contrôler directement l’échange. Complémentaire, la communication infra verbale positionne de manière vivante l’interlocuteur dans le temps et l’espace de la rencontre. Elle transmet les codes qui permettent de capter la dimension émotionnelle de la parole. Tous les enfants autistes sont caractérisés par une déficience de l’infra verbal ce qui n’empêche pas certains d’avoir l’usage du verbal. Normalement, la présence d’un interlocuteur est établie par la captation de signaux émis par le regard, la voix et l’ensemble du corps. Ces informations, traitées au niveau infra verbal, sont perçues de manière immédiate par le truchement des cinq sens coordonnés. C’est exactement le processus qui émeut lorsqu’on écoute de la musique ou qui rend sensible à l’esthétique d’une œuvre d’art. L’enfant autiste ne peut en revanche ‘’se brancher’’ ainsi instantanément sur l’autre, car son système perceptif déficient ne capte pas ces signaux. L’infra verbal est une communication corporelle qui mobilise l’intégralité de la personne. Il se met en place dès l’embryogenèse et organise la communication du bébé avant que la parole n’émerge. La construction de l’infra verbal est influencée par des facteurs génétiques, mais elle est surtout sensible au milieu physiologique qui dépend lui-même du contexte relationnel. Pour soigner l’enfant autiste, les méthodes éducatives et pédagogiques travaillent essentiellement au niveau verbal, tandis que les approches corporelles et ludiques, au même titre que les psychothérapies, développent surtout l’infra verbal. Le verbal, soumis aux règles linguistiques, ouvre l’enfant vers l’extérieur en le structurant dans la normalité, alors que l’infra verbal met, par l’implication corporelle, l’enfant en relation avec lui-même et avec l’intime de l’autre. En réalité, les deux niveaux sont indissociables. Plus une technique éducative est appliquée par le soignant avec amour et créativité, plus l’information transmise est liée à l’infra verbal. Pour l’humain, une information est toujours reçue dans un contexte affectif, la répétition n’existe pas car la dimension corporelle modifie constamment le contenu de l’échange : c’est ce « presque pareil » qui construit l’enfant autiste. Il est donc conseillé, avec des méthodes codifiées et rigoureuses, de stimuler l’infra verbal en valorisant les particularités de chacun. Par ailleurs, la subtilité et la complexité de l’infra verbal requièrent une relation avec un thérapeute, dégagée de toute contrainte, où l’enfant mène la danse pour se rencontrer au plus intime : ni passé, ni futur, mais une présence dans l’instantanéité de la séance pour qu’émerge une connivence créative. Le thérapeute doit être dans la perception du corps de l’enfant en restant attentif aux mouvements pour déclencher des processus restés inhibés lors de la vie in utero. Ainsi, l’enfant vit des expériences construisant pas à pas un système perceptif infra verbal qui l’ouvre à lui-même et à l’autre dans la différence. Ces transformations fonctionnent si le thérapeute a la capacité de se représenter, séance après séance et en deçà de la pensée, l’historique du rapport à la réalité de l’enfant autiste. L’efficacité des thérapies d’une part, et des méthodes pédagogique et éducative de l’autre, vient de la combinaison de l’infra verbal et du verbal chez l’adulte soignant. Cette combinaison rend les deux approches structurantes pour l’enfant, il est par conséquent bénéfique de mener en parallèle des prises en charge variées. Si les constructions déclenchées chez l’enfant par la thérapie restent lentes (elles agissent en effet au cœur de la personnalité mobilisée dans sa totalité), les méthodes éducatives, qui travaillent sur des éléments partiels, donnent des résultats plus rapides. Elles créent de premières ouvertures, mais l’enfant est vite limité dans son développement, si un travail thérapeutique en profondeur n’est pas conduit en même temps. Notre devoir est de sortir les enfants autistes de leur enfermement et de souffrances indicibles afin qu’ils tentent de construire une vie affective fondée sur l’autonomie, le désir et la culpabilité. Ceci n’est possible qu’en les pensant acteurs de leur vie capables d’accéder à une intelligence profonde de leur être sans en rester à la simple stimulation de leurs capacités intellectuelles en vue d’une adaptation sociale.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

repères pour une recherche en deça de la parole

dessin-transat-2

Avant de débuter le cœur même de la recherche sur les précurseurs de la parole, il faut réfléchir aux particularités d’une recherche qui se situe avant la pensée et le langage.

Des questions fondamentales se posent aussi bien concernant le domaine lui-même que les outils possibles :

ØComment saisir les phénomènes indicibles à l’origine de la construction de la parole ?

ØComment construire un fil conducteur de recherche sans utiliser l’outil qu’est la pensée discursive ?

· Contenu de pensée : minimiser l’impact de la représentation

· Raisonnement : Le fil conducteur de la recherche ne peut pas être un raisonnement linéaire à partir d’une hypothèse.

LE DOMAINE

Comment saisir les phénomènes indicibles à l’origine de la construction de la parole ?

ØC’est le langage qui permet d’accéder à la partie d’un tout. Donc en deçà de la parole, on travaille au niveau de la globalité dans le temps et dans l’espace.

ØLa représentation permet de se poser dans un repère espace-temps. Avant la représentation, c’est le mouvement qui caractérise les phénomènes.

ØPour saisir des phénomènes en deçà de la parole, on ne s’intéresse pas au contenu de la communication mais à son système d’organisation.

àEtude de l’organisation d’un système de mouvements

GLOBALITE  DANS  L ESPACE

Elle signifie deux choses :

ØOn analyse la synchronisation des mouvements du corps du bébé à l’opposé de faire une étude approfondie de chaque mouvement.  Si on retient les mouvements de la voix, du regard et des mains comme participant à la construction de la parole, l’analyse est faite sur leur synchronisation.

ØOn étudie l’ensemble des mouvements du bébé  en interaction avec la mère. Le bébé est en train de construire  son système pour parler en communiquant avec sa mère.

SYSTEME  D ORGANISATION DE MOUVEMENTS DANS  L ESAPCE ENTRE LA MERE ET LE BEBE

Il n’est pas question de savoir ce qui se dit sur le corps de la mère car ceci est au niveau de la représentation. La mère est considérée comme un système de mouvements qui doivent former un ensemble cohérent. On ne s’intéresse donc pas à l’anamnèse.

Les concepts ne cherchent pas à modéliser les fonctionnements intérieurs du « bébé » et de la « mère » mais on tente de modéliser ce qui se passe dans l’espace entre le bébé et la mère. volume-exterieur

Deux questions doivent donc être traitées :

ØComment l’information circule à fonction du système perceptif

ØComment le bébé construit l’organisation de ses mouvements à partir du système cohérent des mouvements de la mère ?

ILLUSTRATIONS DE  CES IDEES

La parole s’est construite dans les mouvements entrelacés de la mère et son bébé.

vierge-klee2

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

GLOBALITE DANS LE TEMPS

Pour saisir les phénomènes qui construisent chez le bébé la parole avant son émergence, il faut étudier l’évolution des mouvements sur un espace de temps court comme la minute et sur un temps calendaire.

C’est le traitement de films qui permettent d’accéder  à l’évolution.

Remarque : On a retenu  de suivre l’évolution des mouvements des mains, de la voix et des yeux parce qu’ils sont utilisés dans la communication. Ils sont visibles. Est-ce qu’on ne passe pas à côté de phénomènes invisibles ?  Grâce à l’approche globale  dans le temps et dans l’espace, on donne une chance d’atteindre un niveau en deçà de la parole.


INSTALLATION

L’installation est définie en respectant la globalité du temps et de l’espace.

ØPrincipe de spontanéité pour être dans une relation normale. Aucun instrument de mesure qui gène l’interaction. On mesure la parole qui est en train de se construire.

ØEntre 3 mois et 9 mois car âge où il est capable de rester assis 15 mn dans le transat. Or le modèle montrera que c’est un âge clef pour les précurseurs dû à cette distance où déjà le bébé est séparé tout en étant dans la sphère de la mère.

ØDans la cellule vidéo, le bébé est installé dans un transat pour être filmé dans une même situation tous les mois. L’important est de saisir l’évolution à une échelle d’une minute et à une échelle calendaire.

LA PENSEE

Les idées organisatrices de la recherche doivent être issues d’expériences de communication avant l’émergence des mots :

Ørencontre clinique avec les pathologies  de troubles graves du langage et

ØRencontre avec les bébés

·Pour favoriser une pensée en réseau à l’opposé d’une pensée linéaire, la réflexion qui a organisé la recherche a été menée avec un site internet.

·L’ensemble des chercheurs cliniciens et scientifiques a favorisé une circulation de la pensée en réseau.

·Le langage approprié à la description des mouvements et à l’évolution est le langage mathématique.

·Pour minimiser l’impact de la représentation, il faut utiliser comme support de pensées des films traités avec des réalités augmentées.

àRecherche qui laisse des phénomènes imprévus apparaître

MESURES STATISTIQUES  ET  PHENOMENES UNIVERSELS

ØLes mesures des mouvements des bébés en interaction avec leur mère permettent d’analyser des comportements. Mais ces mesures sont à  l’instant t et ne tiennent pas compte de l’évolution. Elle concerne un mouvement partiel qui n’est pas mis en cohérence avec l’ensemble du fonctionnement du bébé.

ØLes pensées indicibles viennent de l’expérience clinique :

ØL’expérience clinique avec des enfants qui ont des troubles graves du langage, génère des concepts sur la construction de la parole. Il y a une prise en compte de l’ensemble de l’enfant en évolution mais les phénomènes  vécus en thérapie ne sont pas mesurables et ont lieu avec des enfants spécifiques et en petit nombre.

ØL’´etude des précurseurs de la parole ne doit pas porter sur les spécificités des individus mais bien saisir les phénomènes universels chez le bébé.

LE LANGAGE MATHEMATIQUE

ØPour atteindre un niveau de fonction et non de représentation, il faut raisonner avec des mathématiques.

Ø L’analyse statistique doit saisir l’évolution du comportement du bébé qui est en train de construire sa future parole.

DES FILMS POUR PENSER LE MOUVEMENT

Ø Films avec une réalité augmentée.(visualisation de spectrogrammes de la voix de la mère et des mouvements du bébé …)

Ø Création d’un DVD.

IDEES  CENTRALES

ØLe système perceptif participe aux phénomènes qui créent l’émergence de la parole.

ØNos cinq modes perceptifs, le Toucher, l’Odorat, le Goût, l’Audition et la Vue créent des alliances au début de la vie. C’est la comodalisation. C’est un système d’organisation de la communication.

ØLes mouvements rythmés unifient la globalité. Les mouvements des mains, des pieds et de la vocalise doivent se synchroniser pour former un système cohérent.

Il en découle une idée clef :

àChaque mode perceptif est organisé par un  mouvement rythmé.  Ces mouvements rythmés sont organisés par la langue orchestrée par la mère.

Il est  plus facile de mesurer les mouvements  que la comodalité.

Il existe un lien intrinsèque entre l’organisation des mouvements et l’organisation de la comodalité

REPERES POUR UNE RECHERCHE EN DECA DE LA PAROLE

L’étude doit se situer au niveau :

·d’un système

·des mouvements

·de l’évolution  du système

·d’une globalité du temps et de l’espace

·De l’espace entre la mère et le bébé

Les idées sont issues :

·Expérience clinique avec des enfants qui ont des troubles graves du langage

·Nombreuses rencontres avec des bébés et observation de films de bébé

Outils

·Un site internet pour penser en réseau.

·Usage de films dont des films avec une réalité augmentée

·Usage des mathématiques pour conceptualiser

·Populations suffisantes pour l’analyse statistique

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized