Archives de Tag: pieds

le corps dans la rencontre

L’autisme est le paradigme du dysfonctionnement de la communication. La communication est altérée depuis le début de l’embryogenèse où l’information ne circule pas normalement. Cette altération  empêche la construction de la personnalité. Chez le bébé, la relation est première avant l’existence d’un sentiment d’exister.

Désirer rencontrer est aussi essentiel que désirer exister. Comment parvenir à rencontrer un enfant autiste ou un enfant qui a des troubles de la communication où rien ne favorise l’échange ?

Alors qu’habituellement, la communication s’installe naturellement, il faut là volontairement modifier notre disposition à communiquer. L’attention doit être portée uniquement sur une transformation corporelle. Avant la pensée, le corps est le moteur de cette rencontre. La parole se modifie mais elle n’est que le résultat d’une présence corporelle adaptée aux enfants qui ont une incapacité à communiquer.

Pour cela il faut travailler à deux niveaux :

  • la communication avec soi-même
  • la communication avec l’autre

Elles sont complètement liées.

La communication  avec soi-même doit être stable et centrée.  il faut favoriser une bonne circulation de l’énergie par exemple en amplifiant la respirationIl faut se dégager de toutes pensées personnelles. La pensée doit être centrée sur la relation et sur l’enfant. 

il faut que la communication avec l’autre sollicite sa globalité, en étant vigilent à un certain usage de la perception. Il faut être sensible aux mouvements et aux contrastes. La vue doit être dans un grand angle (plisser les yeux), il faut recevoir particulièrement, le timbre de la voix, les sons proximaux, les mouvements et les rythmes, il faut être relié aux sensations.

En même temps, l’adulte peut manier  une consigne, dans ce cas sont sollicités aussi une audition et une vue précise. L’adulte est attentif à la rigueur de l’échange adapté à la réalité.

Il faut chercher à sentir l’enfant par tous les modes perceptif plus que de le comprendre. Ce n’est que lorsque ce pont est posé entre l’adulte et l’enfant, que l’adulte peut avoir une intention et dire quelque chose. Ce type de relation est appelé un accordage proximal.

Cette nouvelle aptitude à communiquer fait vivre la possibilité chez l’enfant de se construire. Tout moment de communication devient alors un temps de construction de son être.

Les enfants qui ne peuvent pas communiquer, ont un corps qui n’est pas installé tranquillement dans une bonne vibration. Les tissus ne sont pas tous unifiés dans une même fluidité et homogénéité. Pour rencontrer l’autre, il faut avant tout être stable, se trouver demande de s’arrêter. Mais la vie exige toujours un mouvement, ici les mouvements sont à un niveau microscopique, l’enfant autiste ne peut pas se stabiliser pour être rencontré car il  n’a pas de mouvements microscopiques unifiant.

Pour favoriser la rencontre, il faut entraîner l’enfant à réussir à se poser en présence de l’autre.

Le corps de l’adulte doit être détendu pour favoriser une circulation de l’énergie. L’important est d’être présent et centré sur son corps dans un bon alignement qui favorise la fluidité. Il faut pour cela avoir des points d’appui, debout les deux pieds bien ancrés dans le sol, assis une sensation des fessiers et des pieds au sol. Si un son émis énerve ou crispe, il faut au contraire maintenir une détente dans le corps au lieu de se durcir.

Pourquoi l’enfant autiste est parfois violent ?

La communication s’organise autour de deux modes, celui de la rencontre et celui de la compréhension. Le mode de la rencontre est défaillant chez l’enfant autiste et parfois inexistant. L’existence d’un être humain n’est possible qu’en relation avec l’autre. L’enfant autiste avec ses moyens tente de remplacer le mode défaillant de la rencontre par d’autres stratégies. Parfois, la seule réalisable pour lui est la violence. Il n’a pas les moyens physiologiques d’être posé tranquillement pour se laisser toucher par l’autre et être en communication. Son corps ne peut pas s’installer dans une vibration qui habituellement nous met en phase avec l’autre pour communiquer. Pour lui, la seule manière de sentir l’autre est de provoquer un contact souvent violent. Le corps de l’enfant autiste n’est pas fluide, souple et homogène, son expressivité est piégée dans une tension corporelle. Pour sentir sur son corps l’autre, une certaine violence doit être atteinte dans l’échange. Mais bien sûr ce type de rencontre de deux corps tendus n’est qu’éphémère et ne laisse aucune trace constructive. Il faut au contraire ne pas répondre à cette tension et renforcer la détente pour entrainer l’enfant autiste à lâcher cette violence en lui.

Se rencontrer par le contact du regard

Lorsque l’enfant autiste est en train de sortir de son enfermement et qu’il gagne petit à petit un contact du regard, il faut apprendre aux adultes qui s’occupent de lui et à lui-même à débuter toute rencontre, après être bien posé dans son corps,  par le contact du regard. Avoir la sensation de se rencontrer dans la communication se vit par le contact du regard et par la captation de la voix sur le corps. Ainsi l’enfant autiste faisant l’expérience de ce mode par le contact du regard, ne ressent pas le besoin de toucher d’une autre manière, comme auparavant par la main ou par la violence.

Le contact du regard a la subtilité d’un toucher à distance qui est moins persécuteur qu’un toucher direct par la peau. L’enfant qui commence à parler, apprend en ayant établi le contact du regard. La distance nécessaire à la parole communicante est définie par le contact du regard.

Il est inutile de demander à un enfant qui n’a pas encore un bon contact de regard de regarder son interlocuteur. Il faut lui demander de baisser la voix pour que son corps devienne plus tranquille et posé. Ainsi centré sur lui, il a un meilleur contact de regard.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

résumé des resultats et des applications

La synthèse des résultats présentée ci-dessous concerne des bébés, venus tous les mois de 3 mois à 9 mois. Ils sont installés dans un transat en face de leur mère pendant environ 10 mn.

Evolution du bébé sans trouble entre 3 mois et 9 mois selon sa perception proximale et distale.

Entre 3 mois et 9 mois, le bébé s’approprie son corps de plus en plus activement et de manière variée.


Entre 3 mois et 9 mois, la quantité de mouvements échangés par le bébé et sa mère en mode proximal est constante. L’enveloppe qui s’est organisée dans les tous premiers moments de la vie, n’évolue plus.

L’enveloppe proximale s’enrichit à partir de 4 mois de manière significative de rythmes distaux. A partir de cet âge, le bébé semble apte à une bonne transmission des macromouvements, ce qui signifie une bonne comodalité de l’audition et de la vue en distal. Ce critère qui évolue de manière significative entre 3 mois et 9 mois, est pertinent pour suivre l’évolution du bébé.

Etude de la communication distale entre le bébé et sa mère (macromouvements)

Ce mode perceptif est celui utilisé dans le décodage du “système voix-visage”. Si on facilite chez un bébé une perception comodale distale selon la vue et l’audition, comme avec une chanson « Fontfont », le bébé améliore sa production de rythmes. Ceci montre le lien direct entre la perception distale et comodale de l’audition et de la vue et la production du rythme. Ce mode perceptif est celui utilisé dans le décodage du “système voix-visage”.

En interaction avec sa mère, le bébé produit de nombreux rythmes avec les pieds entre 4 mois et 7 mois pour ensuite abandonner un peu cette activité. Il produit moins de rythme avec les mains dans cette période centrale par contre il maintient une activité importante ensuite. Il semble que les vocalises évoluent régulièrement vers une activité croissante, évolution qui correspond à la place centrale de la voix dans la communication. Contrairement à l’activité des pieds, l’activité des mains et des vocalises augmente pour se préparer à parler ensemble.

Effets de l’hospitalisation précoce sur la mise en place du système perceptif

Les bébés qui ont subi une maladie aigüe avec une hospitalisation précoce montrent un retard global dans les processus d’appropriation du corps bien qu’ils rattrapent légèrement ce retard.

On remarque que les mères initient à 92% (au lieu de 80%) la communication proximale et pourtant la quantité de contacts en proximal reste plus faible que les bébés sans trouble. Il est remarquable de constater qu’elles ne parviennent pas à faire évoluer cette communication. Ceci suggère que la mère et le bébé n’ont pas un accordage optimum. Cette idée est confortée par le fait que la base de l’accordage est l’enveloppe proximale. Ceci signe sans doute un traumatisme provoqué par l’événement soudain de l’hospitalisation précoce. Ce traumatisme diminue la capacité d’accordage proximal de la mère et freine le développement de l’enveloppe proximale du bébé.

On remarque une très bonne valeur de transmission rythmique distale après 7 mois, valeur supérieure à celle des bébés normaux.

Ce résultat est d’autant plus étonnant que dans les mois précédents le bébé développe moins la communication distale que les bébés normaux. Cette situation peut être comprise de la manière suivante.

Ces bébés qui ont subi une hospitalisation, ont été obligés d’intégrer des macromouvements distaux avec les soignants avant les bébés normaux. Cette communication ne devient efficace qu’à partir de 7 mois parce qu’elle est sans doute dépendante du système de l’enveloppe proximale. Il semblerait que le bébé ne peut utiliser le système de décodage par les rythmes distaux qu’à condition que le système complexe de l’enveloppe proximale ait atteint un certain niveau de développement. Ce n’est que quand l’enveloppe proximale est à maturité (après 7 mois) que la communication distale est meilleure que chez le bébé sans trouble.

Ce résultat montre comment un traumatisme comme une maladie aigüe accompagnée d’une hospitalisation précoce, peut entraver une bonne évolution de l’enveloppe proximale et de l’accordage. Malgré cela, la perception comodale en distal de la vue et de l’audition peut se mettre en place. Mais l’usage de ce système de décodage en distal n’est possible qu’à un certain niveau de maturité de l’enveloppe proximale.

Développement spécifique du système perceptif chez les bébés prématurés

La cohorte des bébés prématurés se distinguent par le fait que la quantité de mouvements dans l’interaction proximale augmente en entrainant avec elle une augmentation importante des processus d’appropriation du corps du bébé et de la transmission du rythme distal. Il est fondamental de remarquer que toutes les valeurs augmentent en même temps et dépassent les valeurs des bébés sans trouble. Cette évolution parallèle n’existe pas chez les bébés sans trouble. Ceci exprime une dépendance de l’enveloppe rythmée du bébé prématuré avec l’enveloppe rythmée de la mère qui a pour effet de dépasser les valeurs des bébés sans trouble. Cela signifierait que le bébé prématuré pour poursuivre le travail de comodalité a besoin de faire résonner fortement son enveloppe rythmée avec celle de la mère. Ceci fait penser à la situation in utero où en permanence le bébé baigne dans le rythme de la mère. Cette situation serait due à la défaillance de la comodalité de l’audition et du toucher in utero, arrêtée par la prématurité.

Les valeurs importantes montrent la présence d’un accordage très dense pour réparer ce que la prématurité a entravé. Cette dépendance du bébé au niveau de l’enveloppe rythmée peut compliquer les processus de séparation.

Il est remarquable de constater que le bébé prématuré sait entrainer la mère dans un accordage dense (qui fait penser à une situation in utero) qui lui permet de rattraper le retard avec de bonnes performances.

Bébés épileptiques avec syndrome de West (3 mois à 9 mois)

Pour les bébés épileptiques avec syndrome de West, les processus d’appropriation et d’unification du corps et les processus de communication proximale et distale ne montrent pas d’évolution significative en fonction de l’âge. Bien que les valeurs de l’appropriation du corps, de la communication proximale et distale soient du même ordre de grandeur ou plus élevé que ceux d’un bébé sans trouble, l’observation clinique montre que les mouvements du bébé sont répétitifs et simples. Cette absence de variété dans les mouvements explique l’absence d’évolution. Ceci correspond à une fermeture chez le bébé. De plus, il y a un retard par rapport aux autres cohortes pour la communication distale. Les mères initient beaucoup les mouvements de communications (90%) et cela n’a pas d’effet puisque l’enveloppe rythmée du bébé ne peut s’harmoniser avec celle de la mère. Pour ces bébés épileptiques avec syndrome de West, on ne constate pas d’évolution des critères de la mise en place du système perceptif.

APPLICATIONS DU MODELE DU SYSTEME PERCEPTIF

· L’organisation des 5 sens avec un niveau proximal et un distal ouvre des pistes de recherche sur le système perceptif.

· La perception proximale et l’enveloppe proximale sont des accès pour penser la capacité d’être dans une relation.

· La modélisation de la mise en place du système perceptif apporte une compréhension de la construction du bébé et de sa communication.

· Penser la globalité du système perceptif permet un meilleur développement des compensations pour les bébés sourds et les bébés aveugles.

· Le modèle appliqué à diverses pathologies chez le bébé, permet de mieux comprendre les impacts de ces pathologies sur la qualité de la construction du bébé et de sa communication.

· Ce modèle ouvre un champ de prospection particulièrement fécond au sujet de l’autisme tant sur des hypothèses génétiques que sur le renouvellement clinique.

· Pour tous les enfants qui ont des troubles graves du langage, ce modèle rend plus efficace les prises en charge quelle que soit la spécificité.

Conclusion de l’étude

Les résultats statistiques dans le cadre du modèle de la mise en place du système perceptif ouvrent de nouvelles pistes sur la construction du bébé et sa communication. L’étude approfondie du rythme éclaire finement sur la communication du bébé au niveau de ses mains, ses pieds et sa vocalise. Sans doute l’observation du rythme chez un bébé entre 3 mois et 9 mois peut être un indicateur d’une bonne évolution.

Ce travail montre la pertinence de conceptualiser le système perceptif en deux sous-systèmes, le proximal et le distal, pour mieux penser la communication perceptive. Par cette étude de nouveaux concepts ont été établis, nous retenons tout particulièrement :

• Le rôle des perceptions proximale et distale et leurs interactions.

• Le rôle organisateur des rythmes dans la communication distale.

• Dans l’accordage, l’importance de l’harmonisation des deux enveloppes rythmées au niveau proximal pour permettre une communication au niveau distal.

Les résultats de cette étude sont très précieux pour développer une meilleure prévention auprès des bébés qui sont confrontés aux situations suivantes :

• La prématurité.

• L’hospitalisation précoce à la suite d’une maladie aigüe.

• L’atteinte neurologique comme le syndrome de West.

• La communication des bébés dont la mère a un handicap visuel.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized